Vous êtes ici : Vous êtes sur le site des animaux sauvages de France. » Fiches » Le Capybara, Hydrochaeris hydrochaeris

Le Capybara, Hydrochaeris hydrochaeris

Le Capybara

Classification

Ordre : Mammalia (Mammifères)
Classe : Rodentia (Rongeurs)
Famille : Hydrochaeridae (Hydrochaeridés)
Genre : Hydrochaeris (Capybara)
Espèce : Hydrochaeris hydrochaeris
Nom français : Capybara (ou Cabiai)

 

Le capybara est appelé Capivara au Brésil, cabiaï en Guyane, capivara au Brésil, carpincho ou capibara dans les pays hispanisants, capiguara en Bolivie, chigüiro au Venezuela, rosonco au Pérou, et lapa en Colombie. Le nom « capybara » vient de « capivara », qui signifie « Seigneur des herbes » dans la langue des indiens Guaranis (indiens des régions amazoniennes du Brésil, d’Argentine et du Paraguay).
Hydrochaeris hydrochaeris est la seule espèce du genre Hydrochaeris.




Description de Hydrochaeris hydrochaeris

Le capybara est voisin du cobaye ou cochon d’Inde par ses caractères internes, mais atteint la taille d’un mouton. Un individu adulte mesure en effet entre 100 et 135 centimètres de long pour une hauteur de 50 à 60cm environ, et peut peser jusqu’à 70 kg (plus généralement 35 à 65 kg). Sa longévité est de 10 à 12 ans (contre une quinzaine d’années en captivité).

Cet animal possède un squelette robuste qui lui permet de supporter une forte masse graisseuse (celle-ci lui sert de protection thermique dans l’eau, et lui permet de gagner en flottabilité).

Le corps massif du capybara est couvert de poils brun-roux durs, secs, et peu abondants, et sa tête a un large museau. Ses yeux sont petits, de couleur brun foncé à noire, et situés au-dessus du nez lui-même surmonté par une glande, le morillo, qui sécrète une substance servant à marquer le territoire. Situées sur le haut du crâne, les oreilles sont petites et arrondies. Il n’a pas de queue.

Cet animal possède 2 paires d’incisives et 4 paires de molaires en haut et en bas, dépourvues de racines. Comme chez les autres rongeurs, ses dents poussent en permanence, et s’usent grâce à l’alimentation.

Il possède de puissantes pattes légèrement palmées. Ses pattes de devant ont 4 doigts, celles de derrière ont 3 doigts. Les  membres postérieurs sont plus longs que les membres antérieurs. Ils sont terminés par des ongles épais et arrondis qui rappellent ceux du tapir. Il laisse des traces très caractéristiques sur les sols humides.

Le Capybara

Distribution et habitat

Le CapybaraOn retrouve le capybara en Amérique du sud : en Guyane, en Bolivie, au Brésil, au Venezuela, au Panama, dans les Andes, en Colombie, en Uruguay, en Argentine, en Amazonie, etc.
Il est endémique des forêts à sous-bois épais, des zones fournies en végétation et des prairies humides autour des lacs, des cours d’eau et des marais.

Reproduction du capybara

Le capybara atteint sa maturité sexuelle entre 15 à 18 mois.
L’accouplement peut avoir lieu toute l’année. Après un cérémonial assez complexe, il se déroule dans l’eau.

La femelle peut avoir de deux à huit petits par portée, avec une moyenne de quatre. Le record est de douze petits. Il y a une ou deux portées par an. La gestation dure approximativement 15 à 18 semaines. La mise bas a lieu dans des fourrés denses. A la naissance, les petits pèsent entre 1 et 1,5 kg, et seront sevrés à 16 semaines. Ils profiteront du soutien du groupe jusqu’à 6 mois environ, puis en seront chassés par le mâle dominant. Il arrive également que ce dernier tue les nouveaux-nés qui ne sont pas de lui.

Comportement de ce gros rongeur

Le CapybaraLe capybara est diurne et nocturne.
Il vit en groupes de 15 à 20 individus (6-8 femelles, 3-4 mâles dont 1 dominant, et les petits), et base sa survie sur la cohésion sociale : il est fréquent que, dans un groupe, un système de « garderie » soit mis en place, permettant aux parents de se nourrir ou de se baigner sans trop de risques pour leur progéniture, surveillée par d’autres adultes. De même, une femelle allaitante se laisse téter par tous les petits du groupe. Le mâle dominant dirige le groupe. Il en assure également la sécurité en chassant les intrus.

Les bandes vivent généralement dispersées mais peuvent se regrouper à la saison sèche et former des troupes très importantes autour des rares plans d’eau disponibles. Le capybara peut parcourir de grandes distances pour trouver un plan d’eau et brouter les plantes aquatiques.

Le capybara est un animal semi-aquatique qui se jette à l’eau lorsqu’il est poursuivi ou quand il se sent en danger. Il y passe également beaucoup de temps pour se nourrir. Excellent nageur, il peut parcourir de longues distances immergé (il peut en effet retenir sa respiration environ 5 minutes), et nager à des profondeurs considérables. Toutefois, le plus souvent il marche sur le fond. Parfois, il remonte respirer au ras de l’eau, à peine visible, à la manière de l’hippopotame : seuls affleurent les yeux, les oreilles et les narines. L’eau lui permet également de mieux réguler sa température.

Exclusivement herbivore, le capybara se nourrit majoritairement de végétaux aquatiques, mais aussi de graminées, de végétaux ligneux, d’écorce d’arbre, de racines, et parfois de fruits. Il aime aussi la canne à sucre, la pastèque, le maïs et les troncs des bananiers. Ce rongeur a également la particularité d’être caecotrophe. Le fait de manger ses propres excréments l’aide à digérer les aliments qu’il ingère, afin d’en extraire le maximum de protéines et de vitamines.

Pour se défendre, le capybara dispose d’une glande frontale ovoïde, longue de 7 cm environ, sécrétant une substance cireuse et odorante qui sert à marquer le territoire d’un groupe. Deux paires d’impressionnantes incisives, larges de 2 cm chacune, permettent de couper les végétaux résistants mais aussi d’infliger de graves blessures à d’éventuels attaquants.

Il communique grâce à des sifflements, des cris aigus, des grognements ou des aboiements proches de ceux d’un chien.

Le Capybara




Prédation et protection de Hydrochaeris hydrochaeris

Dans l’eau Les capybaras adultes côtoient sans crainte les caïmans, mais les petits courent plus de risques. Sur la terre ferme, les prédateurs de ce gros rongeur sont le puma, le jaguar, l’anaconda, et l’humain : s’il est souvent considéré en Amérique latine comme un animal domestique de compagnie (les jeunes et les adultes s’apprivoisent aisément), le capybara est également élevé pour sa chair.

Statut de conservation IUCN : Préoccupation mineure.
Protection : Le capybara est considéré dans certaines régions de cultures comme un animal nuisible.

Fiche réalisée par Céline (forum).

Un commentaire “Le Capybara, Hydrochaeris hydrochaeris

  1. MARTY :

    Bonjour,

    Votre site est très intéressant. Merci.

    Si je ne me trompe pas, au Vénézuéla, les capybaras s’appellent des chiriguis, et ils se mangent en barbecue.

    Amitié

    Lania

Ajouter un commentaire à cet article

Comment insérer une photo dans le commentaire : Ici