Vous êtes ici : Vous êtes sur le site des animaux sauvages de France. » Mammalia » Artiodactyla » Le sanglier, Sus scrofa

Le sanglier, Sus scrofa

Il est probablement l’animal le plus connu de nos forêts. En France, le sanglier est aujourd’hui le seul animal potentiellement dangereux pour l’homme. Les chasseurs le surnomme la bête noire pour les adultes ou la bête rousse pour les jeunes et beaucoup de personnes l’appellent tout simplement « cochon ». Il est en quelque sorte l’ancêtre sauvage du cochon domestique.

La description du sanglierSa distribution et son habitatMode de vie du sanglierProtection de Sus scrofaPhotos de sangliersVidéos du sanglier

Sangliers

Sanglier

Classification

Classe : Mammalia (Mammifère)
Ordre : Artiodactyla (Artiodactyle
Famille : Suidae (Suidés)
Genre : Sus 
Espèce : Sus scrofa
Nom commun : Sanglier

La description du sanglier

Cet animal massif peut atteindre 300 kg mais la moyenne est plutôt autour de 100 à 120 kg pour les adultes. Les gros mâles adultes sont appelés les « solitaires », les femelles sont les laies et les petits les marcassins. Les mâles mesurent 100 à 170 cm de long et les femelles ne dépassent pas les 140 cm. Leur hauteur au garrot est variable mais n’excède pas 90 cm.

Le sanglier a un corps épais et légèrement plus fin vers l’arrière et son pelage est de couleur marron à noir. Les marcassins sont marron avec des rayures longitudinales claires. Au cours de leur première année leur pelage prend une teinte entre le roux et le marron (on les nomme « bêtes rousses ») puis une fois adulte le pelage devient quasiment noir et certains vieux spécimens ont le poil blanc.

Leur museau est allongé, les oreilles sont fortement marquées sur le haut de la tête et l’on note la présence d’une crinière, de deux défenses et de deux grès (sorte de petite défense sur la mâchoire supérieure) chez les mâles. La tête que l’on nomme « hure » a une forme plutôt conique.

Remarque : le sanglier possède 44 dents et 4 doigts sur chacun de ses sabots.

Timbre de Belgique d'un sanglierImage d'un sanglierImage du gros sanglier

Les empreintes du sanglier

Il n’est pas rare de voir des traces de sangliers dans la nature. Les empreintes possèdent 4 doigts dont deux postérieurs qui sont appelés les “gardes” et que l’on ne voit pas toujours suivant la taille de l’animal. Les traces sont plus ou moins profondes suivant le poids du sanglier et la rigidité du sol. Chez l’adulte, l’empreinte du pied antérieur mesure environ 6 à 8 cm de large en moyenne. A allure normale, les empreintes laissées sont légèrement tournées vers l’extérieur et les pieds postérieurs sont posés très exactement dans les empreintes des pattes antérieures (Parfois un léger décalage comme sur le schéma ci-contre).




Distribution et habitat de ce cochon

C’est un animal que l’on retrouve dans une grande partie de l’Europe à l’exception des pays nordiques, on le retrouve également en Asie ainsi qu’en Afrique du Nord. Dans les années 1990, il a été réintroduit dans le sud de l’Angleterre car il avait totalement disparu de Grande Bretagne.

Cet animal fréquente tout type d’habitat tel que les villes, les forêts, les garrigues, les cultures ou encore les marécages. Il apprécie avant tout l’humidité et les zones où il sera à couvert.

MarcassinSanglier

Mode de vie du sanglier

C’est une bête nocturne et crépusculaire qui dort dans des bauges (nids creusés à même le sol) durant les journées. La structure sociale est matriarcale. Les femelles dirigent les hardes constituées de bêtes rousses et de marcassins. Parfois plusieurs laies adultes font partie de la compagnie mais la plus âgée dirige le groupe. Avec le temps (au bout de 4 ans), les bêtes rousses prennent leur indépendance et deviennent solitaires.

La période du rut (de l’accouplement) se déroule entre le mois de septembre et le mois de mars. Les femelles mettent bas entre février et juin après une gestation de 110 jours.  Le nombre de marcassins varie entre 3 et 8 mais certaines grosses femelles peuvent donner naissance à 10 voir 12 petits sangliers.

En France, dans certaines régions, les femelles peuvent avoir jusqu’à deux portées dans la même année. Les laies vont construire un chaudron (sorte de nid construit avec des végétaux), et les petits y resteront pendant une semaine avant de suivre leur mère.

Harde sangliersCe sont des animaux omnivores et opportunistes. Leur régime alimentaire est composé majoritairement de graines, de fruits, de racines, de bulbes, de céréales et d’insectes (larves de cigales, lombrics…) mais ils ne dédaignent pas non plus les charognes voire même les petits animaux qu’ils peuvent chasser.

Le sanglier creuse des souilles dans la terre ou dans la boue afin de s’y rouler puis il s’essuie en se frottant contre les troncs des arbres. Cette activité lui permet de se débarrasser des parasites, de marquer son territoire et de réguler sa température corporelle. Les mâles adultes marquent également leur territoire en frottant leurs défenses contre les troncs et il n’est d’ailleurs pas rare d’observer ces marques.

Dans la nature la longévité est estimée entre 7 et 8 ans du fait de la chasse intensive, autrement l’espérance de vie d’un sanglier peut aller jusqu’à 20 ans. On note que la maturité sexuelle est atteinte entre 8 mois et un an.




Protection de la bête noire

Il est considéré comme un animal nuisible. Il fait d’importants dégâts chaque année dans les cultures, et pour réguler les populations, de nombreuses battus permettent de limiter la trop forte expansion du sanglier. En France le nombre de sangliers tués est passé de 50 000 en 1975 à 323 000 en 1997 et le nombre global de ces animaux est estimé actuellement à 700 000. Cette prolifération est due au croisement entre le cochon et le sanglier. Le « cochonglier » est le résultat de cette hybridation permettant une accélération de la vitesse de croissance et une augmentation de la fécondité des femelles. Des lâchers d’animaux hybrides ont été réalisés en France dans les années 1990 car les populations diminuaient fortement.

Aujourd’hui on s’en mord les doigts du fait d’une surpopulation dans certaines régions de France (surtout le sud du pays) et surtout d’une pollution génétique très importante.

3 commentaires “Le sanglier, Sus scrofa

  1. Flex :

    Bonjour,

    Très intéressant ce site, merci.

    J’habite en Ardèche, dans une zone très très appréciée des sangliers.
    En ce qui concerne les cochongliers, on pourrait ajouter qu’en plus de s’en mordre les doigts et d’être envahis par plusieurs portées par ans, la maladie de l’oedeme semble y être liée.
    Depuis plusieurs années des sangliers étaient régulièrement retrouvés morts, sans traces apparentes, gras et d’apparence en bonne santé.
    Après avoir tout entendu à ce sujet avec les rumeurs de montagne(empoisonnements volontaires….) l’oedeme a finalement été identifié.
    C’est une 1ere dans le monde, cette maladie étant normalement spécifique aux porcs d’élevage.
    Nous avons ici des cochongliers, et de l’oedeme sur ces même sangliers.

    Et pour le régime alimentaire des sangliers, opportunistes et omnivores, non seulement ils sont capables de chasser, mais pas que des petites bêtes… plusieurs personnes dans nos montagnes ont observé de gros mâles solitaires attaquer carrément des brebis,arriver à leur fin, et en faire leur casse croute.
    Ceci est rare, mais c’était pourtant systématiquement en automne, période d’opulence dans la foret, châtaignes, champignons, glands…à volonté. On ne peux donc pas imputer ce comportement à une grande fringale de printemps.
    ça parait un peu fou, mais c’est bien vrai.

  2. Monique Cima :

    J’aimerais savoir si les tortues risquent d’être importunées par les sangliers.. Notre terrain est laboure régulièrement de nuit et en cette période d’imminentes naissances de bébés tortues, je me demande déjà si les œufs ne sont pas à risque… MERCI DE ME RENSEIGNER

  3. Bruno G :

    Bonjour,
    Effectivement il y a des risques concernant les oeufs de tortues ainsi que d’éventuels juvéniles.

    Cordialement

Ajouter un commentaire à cet article

Comment insérer une photo dans le commentaire : Ici